Nous suivre ailleurs

Chroniques

Le ROI du cap space

2 of 4
Use your ← → (arrow) keys to browse

Les joueurs récupérés dans l’échange 

Si le salary dump trade initié par les Kings visait à délester la masse salariale de l’organisation californienne des contrats de Jason Thompson et de Carl Landry, les Sixers ont également fait l’acquisition d’un jeune talent au potentiel partiellement exploité en la personne de Nik Stauskas.

Nik Stauskas

Lors de la dernière draft, les rumeurs de l’intérêt de Sam Hinkie pour le canadien avaient enflammé la toile suite à la publication du reportage de Grantland qui avait suivi la cérémonie au sein de la draft war room des Sacramento Kings. En sus d’étayer la thèse d’une prise de décision du propriétaire Vivek Ranadive en faveur de l’arrière issu de Michigan au détriment de l’avis des scouts et du GM de la franchise, le documentaire de Grantland nous apprenait, par l’entremise de Pete d’Alessandro que les Sixers avaient proposé le choix 10, accompagné de deux sélections dans le second tour pour le pick 8, propriété de l’organisation californienne.

S’il est délicat d’avaliser l’hypothèse selon laquelle cette offre aurait été formulée afin de sécuriser la sélection de Nik Stauskas, si tel était le cas, Sam Hinkie aurait finalement acquis le joueur un an plus tard contre deux choix du second tour tout en utilisant son choix 10, pour récupérer Dario Saric, un choix du premier tour 2017, et le choix 35 de la draft 2015, échangé contre les choix du second tour des Knicks en 2020 et 2021.

Quoiqu’il en soit, le décisionnaire a profité de la volonté des Kings d’acquérir de la marge de manœuvre sous le cap afin de mettre le grappin sur un lottery pick du précédent millésime.

Une aubaine, quand bien même le prospect semblait avoir été sélectionné précocement en juin dernier.

Une saison délicate (4,4 points) dans un environnement délétère cristallisé par les changements de coach récurrents des Sacramento Kings, n’a pas dissipé toutes les qualités du prospect.

A sa sortie de Michigan, Nik Stauskas se présentait à la draft 2014 fort d’une saison sophomore aboutie et du statut de spécialiste du shoot à trois points, doté d’une authentique capacité de création et d’une appréciable intelligence de jeu.

Spécialiste du tir à trois points à l’aise tant sur catch and shoot qu’en sortie de dribble où il sait se créait de l’espace grâce à une belle panoplie de mouvements de dégagement notamment des stepbacks létaux, excellent sur pull-up en sortie de pick and roll, le canadien jouit d’une excellente mécanique et d’une exécution soyeuse.

Ayant converti 44,1% de ses tentatives à trois points (390) lors de ses deux exercices universitaires, Nik Stauskas ne s’est pas dispensé de travail au cours de sa première saison NBA. En effet, le prospect a travaillé la trajectoire de son shoot afin de l’incurver davantage.

A Michigan, nombre de ses opportunités résultaient de systèmes où il devait dégainer après un dribble handoff, peu usité lors de sa saison rookie.

Handoff n°1

Handoff n°2

Sans être une force majeure de son jeu, il est capable de sanctionner un défenseur qui lui laisserait trop d’espace sur isolation.

Pour autant, le canadien était loin de débarquer dans la Ligue avec le profil du shooteur longue distance unidimensionnel. Grâce à un gros QI basket, le jeune homme sent parfaitement le jeu et l’autorise à s’établir comme un redoutable passeur pour un second créateur : sur pick and roll, drive dans dish, drive and kick, la vision du jeu du canadien lui permet d’apporter son écot au mouvement de balle.

Shooteur d’élite qui n’hésite pas à faire la passe à un partenaire, Nik Stauskas, pourrait assumer quelques responsabilités à la création chez les Sixers. Sa capacité à trouver ses partenaires sur alley-oops sera des plus appréciées.

De manière générale, s’il parvient à transposer son répertoire dans la Grande Ligue, Nik Stauskas pourrait apparaître comme le complément idéal du secteur intérieur des 76ers.

Ainsi, Jahlil Okafor semble emballé à l’idée d’évoluer au côté du canadien.

« Le premier souvenir qui émerge dans mon esprit concernant Nik est sa défaite face à Duke au Cameron Indoor Stadium. Il peut évidemment étirer les défenses. C’est un excellent shooteur, et j’adore évoluer autour de shooteurs. Cela me permet de ressortir la balle sur les lignes extérieures et complique la tâche des défenses qui seraient tentées par mettre en place des prises à deux sur moi ».

Jahlil Okafor

Athlète sous-estimé au niveau universitaire où son taux de réussite sous le cercle (59,6%) était des plus acceptables, à l’instar du nombre de lancers qu’il se procurait (6,8 par 40 minutes), Nik Stauskas demeure dans les standards NBA.

Shot shart de Nik Staukas à Michigan

Shot shart de Nik Staukas à Michigan

Son manque de puissance dans le haut du corps en dépit de sa prise de masse musculaire et de longueur le pénalise face à l’opposition athlétique proposée à l’échelon supérieur comme en atteste son 40% de réussite sous le cercle lors de sa saison rookie.

Par ailleurs, déjà aperçue à l’université quand il était confronté à des défenseurs d’élite, Nik Stauskas a rencontré de notables difficultés à se créer son propre shoot à Sacramento, réduisant ainsi drastiquement son arsenal offensif.

Si les changements de coach (Mike Malone, Tyrone Corbin, George Karl) et l’instabilité afférente dans les rotations et les schémas de jeu compliquent la tâche visant à discerner ce qui résulte d’une utilisation non optimale et ce qui résulte de ses limitations intrinsèques en attaque, le débat est moins sibyllin en ce qui concerne sa défense.

Son manque de puissance et de longueur l’handicap lorsqu’il s’agit de contenir les pénétrations. S’il ne fait pas preuve d’une implication constante, le joueur devient une cible pour les attaquants adverses.

On notera tout de même que le prospect s’est montré bien plus efficace en fin de saison sous les ordres de George Karl qu’au cours de la première partie de saison.

Les Highlights de Nik Stauskas chez les Sacramento Kings

La réaction du joueur à l’annonce du transfert :

 

2 of 4
Use your ← → (arrow) keys to browse

Seul face à la lumière blafarde de mon League Pass, j'ai décidé une nuit de créer un site pour rassembler les fans des Philadelphia Sixers. Si vous lisez cette bio, c'est déjà une victoire.

Commentaires
Publicité

Facebook

Archives

En lire plus Chroniques