Nous suivre ailleurs

Chroniques

Vers l’impasse sur la Free Agency

2 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

Du cap space pour quoi faire ?

  • Attirer une star via la free agency ?

Sam Hinkie n’a de cesse de le répéter, la mère de toutes les vertus repose sur la capacité à attirer une star que ce soit via la draft, la free agency ou un trade.

« Recruter une star était le défi le plus important de mon ancien job et de celui-ci. Le jeu est largement dicté par les stars. En recruter une est indispensable. Depuis que je suis arrivé ici, le sujet le plus intéressant est de savoir comment passer de 0 star à 1 ».

Le GM n’a pas lésiné sur les moyens pour se mettre en capacité de le faire via la draft. En revanche, le large processus de reconstruction entrepris cet été affaiblit encore plus qu’elle ne l’était, l’attractivité des Philadelphia 76ers qui ne se sont jamais distingués au cours de leur histoire par le recrutement de free agents de renom.

Brett Brown n’ignore pas ce constat et est conscient qu’aux lendemains d’une saison à 19 victoires, aucun free agent ne ciblera la Pennsylvanie comme destination préférentielle sur le marché.

« Aucun free agent ne souhaitera rejoindre Philadelphia à ce stade du processus. Pourquoi un bon free agent voudrait nous rejoindre et participer à la reconstruction ? »

En tout état de cause, il n’existe pas de marché de « stars » pour Philly si ce n’est dans l’esprit de Charles Barkley. Les three amigos quand bien même ils décideraient de lever leur ETO ne devraient pas se presser pour rejoindre Michael Carter-Williams, Nerlens Noel et Hollis Thompson, pas plus que Carmelo Anthony ou Zach Randolph.

  • Chiper un jeune joueur RFA en le surpayant ?

Plus crédible, la piste conduisant à des jeunes joueurs RFA sur lesquels les 76ers pourraient se positionner grâce à leur marge de manœuvre sous le cap. Ici, la faible attractivité de la Pennsylvanie peut-être largement compensée par la faculté offerte par la situation salariale de la franchise de survaloriser la proposition transmise à ces joueurs. Sans être exhaustif, Greg Monroe et Gordon Hayward peuvent être des cibles envisageables.

Sam Hinkie peut également profiter de sa marge de manœuvre sous le cap pour mettre dans l’embarras certaines franchises (forcer les Suns à offrir un contrat maximum à Eric Bledsoe) ou en structurant les contrats offerts de manière à maximiser la contrainte, à l’instar de ce qu’avaient fait les Rockets avec Jeremy Lin et Omer Asik.

Si les 76ers identifient un de ces joueurs comme la pièce manquante à leur édifice, ils ont les moyens de l’acquérir, quelque soit le prix.

Pour autant l’anticipation de la complémentarité des joueurs sur le marché et ceux qui seront sous contrat avec les 76ers le 26 juin prochain, est ardue. Et il semble préférable d’attendre que le cœur de l’effectif soit constitué avant de chercher les meilleurs compléments possibles.

  • Voler des assets au côté d’un contrat expirant ?

Si la perspective de voir les 76ers se positionner sur des gros poissons est aussi peu probable que souhaitable, le cap space n’est pas pour autant dénué d’intérêt. A l’instar de ce qu’il a entrepris cette saison, Sam Hinkie disposera de toute latitude pour mobiliser sa manne financière pour délester certaines franchises de contrats embarrassants en contrepartie d’assets (jeunes prospects, tours de draft, etc…).

La survalorisation des tours de draft ne répondant pas seulement à un élément conjoncturel (la qualité de la classe de draft 2014) mais aussi et surtout à un facteur structurel (les nouvelles dispositions du CBA), acquérir un extra pick 2015 s’avérera une tâche aussi délicate que prioritaire.

Un mouvement similaire à celui effectué par le Jazz l’été dernier où ils ont « prêté » leur cap space aux Warriors afin que ces derniers puissent recruter Andre Iguodala en échange de tours de draft n’est pas illusoire mais les opportunités seront rares. De la même manière, les contrats expirants ont vu leur valeur sur le marché sensiblement décroître à mesure que les nouvelles dispositions du CBA appelaient à davantage de prudence.

  • Attirer des vétérans destinés à encadrer les prospects ?

 

Pour sa saison inaugurale, Sam Hinkie a fait le choix d’utiliser les spots disponibles dans son roster afin d’évaluer de jeunes prospects pour l’essentiel issus de la ligue de développement, préférant fonder sa stratégie de développement des joueurs sur la concurrence entre semblables plutôt que sur une transmission dans le cadre d’un tutorat.

Pour autant, à mesure que les exigences de résultats comptables croîtront, la nécessité de la présence de vétérans dans le vestiaire se fera sentir avec plus d’acuité. La quête de figures tutélaires idoines à assurer le développement des jeunes joueurs répond à une double difficulté : la rareté du profil ciblé et la volonté plus forte de ces joueurs de garnir leur palmarès que de transmettre leur expérience aux jeunes pousses d’un roster en reconstruction.

En l’espèce, les vétérans ont privilégié sur le marché les destinations les plus à mêmes de leur garantir de participer à un quête de trophée au détriment de celles leur offrant une plus large aisance financière. Là encore, Sam Hinkie dispose de la marge de manœuvre lui permettant d’invertir cette tendance lourde : en offrant un contrat survalorisé tant dans son montant financier et dans sa durée de validité. Toutefois de tels contrats empièteraient sur la flexibilité à venir (cap space disponible en 2015) de Sam Hinkie tout en réduisant le temps de jeu disponible pour les prospects.

L’arbitrage entre la nécessité d’apporter de l’expérience à un groupe excessivement jeune et celle de conserver les ressources matérielles et humaines indispensables au développement de ces derniers pourrait ne pas être différent de celui de l’année écoulée. S’ils devaient être amenés à rester, les présences conjuguées de Thaddeus Young et de Jason Richardson semblent suffisantes à assurer une dose d’expérience et de leaders de vestiaire sans affecter le temps de jeu disponible pour les jeunes prospects.

Le recrutement de role players d’expérience indispensables à une lutte pour la post-season peut allègrement être repoussé à l’exercice prochain.

A ce stade du processus, l’accumulation de cap space disponible est un point nodal de la stratégie de Sam Hinkie. Si dans le contexte actuel, l’équation cap space = talent contient bien trop d’inconnues, les 76ers se sont offerts les moyens de saisir les opportunités qui se présenteront.

2 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

Seul face à la lumière blafarde de mon League Pass, j'ai décidé une nuit de créer un site pour rassembler les fans des Philadelphia Sixers. Si vous lisez cette bio, c'est déjà une victoire.

Commentaires
Publicité

Facebook

Archives

En lire plus Chroniques